Noisy le Grand, une ville moderne

rechercher
Tourisme Noisy-le-Grand | Découvrir Noisy le Grand | LE PATRIMOINE NOISEEN | Les personnalités | Le réseau de résistance Charles Hildevert
Imprimer

Le réseau de résistance Charles Hildevert

Si Noisy-le-Grand n'a pas connu de violent combat au cours de la seconde guerre mondiale, nombreux sont les noiséens qui ont payé de leur vie le prix de la liberté. Parmi eux, dix jeunes qui ont été massacrés à Oissery-Forfry lors de sanglants affrontements, les 26 et 27 août 1944.

Amis de longue date pour avoir fréquenté ensemble l'école des Richardets, ils étaient âgés de 18 à 21 ans, étaient volontaires et avaient, pour les mineurs, l'accord écrit de leurs parents.

Ils étaient membres du groupe local de résistance Charles Hildevert, plus connu sous le nom du réseau "Armand", une unité rattachée au réseau anglais "Eugene Buckmaster". Ce bataillon de 700 hommes était constitué d'éléments venant des villes voisines du Raincy ; il fût baptisé 1er Régiment Franc de Paris.

A Noisy-le-Grand, c'est le lieutenent Henri Schmitt, chef de groupe, qui assura le recrutement d'une quinzaine d'hommes spécialisés dans les opérations de sabotage. Cette équipe se montra très efficace dans la région en menant des actions sur l'écluse de Lagny, les voies ferrées Paris-Bâle et Paris-Strasbourg, dans les bois de Gretz ou des Yvris, où trois hommes furent notamment pris entre deux feux pendant trois heures avant de sortir sains et saufs.

Le 26 août 1944, 300 membres du bataillon Hildevert, dont Henri Schmitt et 13 noiséens, partirent du Raincy avec pour mission de réceptionner des parachutages d'armes et de munitions. Ils eurent le malheur de rencontrer vers 6h une division blindée allemande qui rejoignait les Ardennes, à Oissery-Forfry près de Meaux. Ce fut un effroyable massacre... L'on dénombra plus d'une centaine de tués et fusillés dans les rangs du groupe Hildevert, et beaucoup plus du côté ennemi.

Lors de cette bataille l'équipe, dont Léon Gravent, fût décimée. Herni Schmitt fut blessé et Henri Bataille, surnommé Riton, capturé. Gilbert Bataille, Paul et Maurice Darras, Raymond Dejardin, André Grelot, Jean et Marcel Harbulot, Maurice Schneiderlin et Georges Soudet ont été fusillés les 26 et 27 août. Ils reposent aujourd'hui dans l'ancien cimetière de Noisy-le-Grand.

(Sources : Noisy le Journal - N°76 - juillet/août 1994)

Office de Tourisme et d'Animation - Ville de Noisy-le-Grand

1, Route de Villiers - 93160 Noisy-le-Grand

Tél. : 01 43 04 51 55

Ouvert du lundi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

>> Voir tout l'agenda

Agenda

vendredi24mars

Hôtels de Noisy-le-GrandLa vigne du Clos Saint Vincent