Noisy le Grand, une ville moderne

rechercher
          Noisy ancien | L'Eglise Saint-Sulpice
          Imprimer

          Découvrir Noisy le Grand

          L'Eglise Saint-Sulpice

          L’église Saint Sulpice est située Place de l'Eglise, non loin de l’ancienne cour Chilpéric, demeure royale mérovingienne.

          En 1089, Geoffroy, évêque de Paris, concéde l’autel de Noisy au prieuré de Saint- Martin- des- Champs, avec l’assentiment du Comte Hugues de Dammartin et de Renaud de Chelles.A partir de cette date les moines desservent régulièrement les lieux et édifient au XIIéme siècle l’église Notre-Dame et Saint-Sulpice dont il subsiste le clocher roman (entre 1130 et 1140).

          >> Lire en détail : Notre-Dame et Saint-Sulpice,
          premiers résultats d’une étude archéologique

           

          Même si son plan a peu varié depuis cette époque, l’édifice a fait l’objet de plusieurs campagnes de constructions et de remaniements aux XIIIème et XVIeme siècles. Durant toute la période révolutionnaire et jusqu’en 1806, l’église servira de lieu de réunion ou de salle de vote.

          Le chœur et le clocher sont inscrits à l’inventaire supplémentaire depuis 1926. L’église est inscrite en totalité à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 22 décembre 1999.

          Une campagne de restauration hors normes

          Enlaidie au cours du temps par de nombreuses interventions peu respectueuses de son architecture et abîmée par le temps et l'humidité, l'église a fait l'objet d'une restauration complète. Après des travaux de drainage tout autour de l’église et la consolidation des fondations, les façades ont fait peau neuve. Les enduits de ciment ont été retirés, les pierres abîmées remplacées, les joints repris et un enduit à la chaux a parachevé la réfection des façades secondaires.

          Des travaux de grande ampleur ont été menés dans tout l'édifice afin de lui restituer son aspect d’origine : portail, voûte, travées et chœur ont désormais retrouvé leur apparence d’antan.  Dix-mois de restauration ont été nécessaires, entre novembre 2011 et août 2013, pour lui redonner tout son lustre.

          Lire en détail : "L'Eglise Saint-Sulpice : une histoire en plusieurs étapes"

          Ce programme de restauration et d’assainissement, supervisé par Gabor Mester de Parajd, architecte en chef des Monuments Historiques, était nécessaire pour rendre à l’église son authenticité architecturale. Parmi ces travaux, à noter :

          • l'installation de la sacristie déplacée de l’arrière du chevet dans la chapelle de la Vierge et en 2012 l'ouverture des arcades avec installation de clôtures à claires-voies.
          •  la charpente lambrissée : la voûte en plâtre du XVIIIe siècle a été remplacée par un voûtement en bois qui laisse apparaître la charpente restaurée, telle que les fidèles pouvaient vraisemblablement la voir avant le XVIIIe siècle.
          •  une nef lumineuse : les enduits en ciment ont été remplacés par des enduits à la chaux restituant à la nef sa blondeur perdue. La frise ornementale constituée de motifs végétaux et de figures d’amérindiens, qui marque la corniche, a été entièrement nettoyée et restaurée.
          •  une façade recomposée : les enduits en ciment et les moulures en béton des années 1920 ont été retirés pour faire apparaitre les maçonneries anciennes. Les contreforts originaux ont été restitués. Le portail en pierre a été restauré et a retrouvé sa fonction d’entrée principale.

          Des baies recréées, une nouvelle cloche et un orgue flambant neuf

           

          Cette restauration a été parachevée par la réfection des vitraux existants et par la création de nouveaux vitraux, issus de la collaboration entre l'artiste plasticien Didier Sancey et le maître verrier Bruno Loire. Les nouveaux ensembles remplacent les baies les plus récentes, abimées et disparates et agrémentent quatre fenêtres qui avaient été murées.

          >> Lire en détail "Lumière sur les vitraux"

           

          Et comme le clocher sert également de signal sonore, les cloches n’ont pas été oubliées par le chantier de restauration. Les trois doyennes ont été rejointes par Marie-Pascale. Cette cloche de 380 kg composée d’airain (78% de cuivre et 22% d’étain) a été coulée en public sous la halle du marché le vendredi 14 décembre 2012 et bénie le 31 mars 2013. Désormais, le quatuor se fait aujourd’hui entendre à l'occasion de célébrations religieuses.

           

          L'église Saint-Sulpice a, pour terminer, été dotée d'un nouvel orgue en 2014. Installé au-dessus de la porte d'entrée de l'édifice, sa fabrication a demandé plus d'un an de travail aux facteurs d'orgues Jean-Marie Gaborit et Jean-Baptiste Boisseau, dans leur atelier à Béthines, en Poitou-Charentes. Il s'agit d'un instrument de facture franco-flamande inspiré de ceux du XVIIe siècle, muni de près de mille tuyaux en bois, zinc, alliage de plomb et d'étain dont le plus haut atteint 4,50m., d'un encorbellement à 1,80m de hauteur, de touches ciselées à la mode flamande et de commandes manuelles latérales en fer forgé permettent d'obtenir des sons plus ou moins aigus ou graves. Durant deux semaines, il a été accordé à l’acoustique du lieu.

          D’insolites détails sculptés à l’intérieur de l’édifice sont à observer parmi lesquels les sculptures de la frise

          Entre des mascarons à sculpture anthropomorphes se compose d’une succession de motifs végétaux et géométriques avec laurier, feuilles d’érable, grappes, fleur, feuille de chêne, tores, palmes...

          A noter aussi les voûtes d’ogives décorées d’un motif ornemental, floral, de l’Agneau Pascal avec sa croix ou encore de Sainte- Geneviève entourée d’un chien et d’un mouton dans un médaillon quadrilobé.

          La pierre de dédicace « A Nostre Dame et saint Soulpice » datée de 1484 rend hommage aux donateurs Jehan Groignet et son épouse Rauline dont la générosité a permis l’achèvement des travaux (classée en 1815).

          Le Cimetière Saint Sulpice

          Dans le prolongement des travaux d’agrandissement de l’ancien cimetière, démarrés en 2007, l’extension du cimetière Saint Sulpice a doté ce dernier de 450 emplacements supplémentaires et d’un columbarium. L’aménagement paysager lié à cet agrandissement a été conçu suivant l’inclinaison du site : le terrain très en pente a été aménagé en terrasses, permettant d’ouvrir une perspective sur la Marne depuis le parvis de l’église et offrant un champ de vision élargi.

          Les arbres ont été conservés, notamment un ginkgo et un érable. Afin de préserver leurs racines, les murets en pierre qui bordent l’allée ont été posés sur des poutres en béton. Des haies d’arbustes ont été plantées. D’autres arbres ont été plantés dans toutes les allées pour apporter une touche de verdure apaisante, de calme et de sérénité, propice au recueillement.

          La source qui desservait autrefois le lavoir au-dessus de l’église a été captée et canalisée. Elle rejaillit dans le Jardin du souvenir, près du columbarium, s’écoule désormais naturellement à travers un petit chenal en granit et en schiste puis repart vers la Marne par les voies souterraines. 

          Office de Tourisme et d'Animation - Ville de Noisy-le-Grand

          1, Route de Villiers - 93160 Noisy-le-Grand

          Tél. : 01 43 04 51 55

          Ouvert du lundi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

          >> Voir tout l'agenda

          Agenda

          vendredi21juillet