Noisy le Grand, une ville moderne

rechercher
          Noisy ancien | Vestiges Mérovingiens et Carolingiens
          Imprimer

          Découvrir Noisy le Grand

          Vestiges Mérovingiens et Carolingiens

          Le nom de Noisy-le-Grand apparaît dès le VIeme siècle dans l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours relate quelques événements passés dans notre ville, notamment l’assassinat de Clovis (arrière petit-fils de Clovis) en 583 et mentionne la présence d’un petit oratoire sur ce domaine royal.

          La Cour Chilpéric

          Un des palais de Chilpéric, fils de Clotaire, petit fils de Clovis 1er se situait à l’emplacement de l’actuelle Cour Chilpéric. L’endroit est toujours visible avec l’enceinte des maisons et les rues qui avoisinent l’église St Sulpice.

          L’existence d'une importante nécropole du haut Moyen Âge, connue depuis 1771, a mené à la fouille complète d’un site localisé Rue des Mastraits, à l’angle de la rue Pierre Brossolette et du Docteur Sureau.

          Plus de six cents sépultures ont été mises au jour et fouillées entre novembre 2008 et avril 2009 par des archéologues du Conseil Général de Seine-Saint-Denis et de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

          Grâce à l’utilisation de cette nécropole au long de cinq siècles ce sont de précieux témoignages des pratiques funéraires et de l’évolution de la population du haut Moyen Âge, qui ont été recueillis, depuis l’époque mérovingienne à l’époque carolingienne.

          >> 500 ans de pratiques funéraires à Noisy-le-Grand
          (voir le film, INRAP)

          >> Nécropoles du haut Moyen-Age à Noisy-le-Grand
          (dépliant INRAP - 0,6 Mo)

          Une nécropole, deux populations différentes

          Les cinq siècles d’utilisation de la nécropole témoignent de l’évolution de la population du haut Moyen Âge. En effet, des différences importantes observées sur les ossements prélevés (plus de 100 000 au total) permettent de distinguer deux groupes humains.

          Le premier groupe est constitué d’individus robustes qui semblent avoir bénéficié d’une bonne alimentation et n’avoir subi que peu de traumatismes. Ils présentent un ensemble de caractéristiques morphologiques qui leur sont propres parmi lesquelles la forme plutôt allongée de leur crâne. Ces sujets correspondent à la population mérovingienne de la nécropole.

          A l’inverse, les individus du second groupe sont plus frêles et souffrent davantage de carences alimentaires et de maladies plus importantes, généralement infectieuses. Ils présentent des caractères morphologiques différents des précédents: leur crâne, par exemple, est plus rond. Ce sont les Carolingiens, descendants des Mérovingiens.

          A l’époque carolingienne, les conditions de vie se sont détériorées : les disettes et la malnutrition sont autant d’éléments qui favorisent les carences et la multiplication des maladies. Ces modifications ont aussi une origine sociale : le repli des populations sur elles-mêmes et les mariages entre membres d’une même famille qu’il entraîne vont fragiliser les individus. Le faible brassage génétique va modifier peu à peu leur morphologie.

          De précieux objets mérovingiens

          Les objets découverts dans les sépultures mérovingiennes de Noisy-le-Grand rassemblent des objets de la vie quotidienne tels que des couteaux, des éléments de parure parmi lesquels des bagues et des colliers de perles de verre ou encore des accessoires liés à l’habillement tels que des fibules et des boucles de ceintures finement décorées. Les décors de certaines boucles de ceinture sont  caractéristiques du sud de la France, tandis que d’autres sont produites dans un atelier francilien.

          A travers la richesse de ces objets, on perçoit une population assez aisée. Le faible nombre d’armes mis au jour suggère, quant à lui, que les habitants menaient une vie plutôt calme, à l’abri des conflits.

          Le mobilier archéologique contenu dans les sépultures de la nécropole de Noisy-le-Grand est principalement en métal, en céramique ou en verre, matières dites « minérales ». Sauf cas exceptionnels, on ne retrouve pas sur ce type de site les objets dits « organiques » tels les éléments de costume en cuir ou en textile (vêtements, chaussures, sacs...).

          Ces textes sont issus de l'exposition archéologique "Les os font des histoires" qui a eu lieu à l'Espace Michel Simon du 26 avril au 21 mai 2011, réalisée grâce au concours de : 

          • Département de Seine-Saint-Denis, Direction de la Culture, du patrimoine, du sport et des loisirs
          • INRAP
          • Ville de Noisy-le-Grand, Espace Michel Simon

          Office de Tourisme et d'Animation - Ville de Noisy-le-Grand

          1, Route de Villiers - 93160 Noisy-le-Grand

          Tél. : 01 43 04 51 55

          Ouvert du lundi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

          >> Voir tout l'agenda

          Agenda

          vendredi21juillet